if

if [ if ] n. m.
• 1080; gaul. ivos
1 Arbre (conifères) à fruits rouges, décoratifs. Ifs taillés en boules, en cônes, en pyramides.
2 Cône garni de pointes servant à égoutter les bouteilles.
⊗ HOM. Hyphe.

if nom masculin (gaulois ivos) Arbre ou arbuste gymnosperme, à croissance très lente, à feuilles linéaires persistantes. (La graine, à maturité, est presque complètement enveloppée par un arille rouge vif. Le bois, rouge marron, veiné de brun, est recherché. Dans les jardins, on donne à l'if toutes sortes de formes. On le plante dans les cimetières.) ● if (expressions) nom masculin (gaulois ivos) If à bouteilles, ustensile de forme conique garni de pointes pour égoutter les bouteilles après rinçage. ● if (homonymes) nom masculin (gaulois ivos) hyphe nom féminin

if
n. m. Conifère ornemental des régions tempérées.

⇒IF, subst. masc.
A. — Arbre à feuilles persistantes longues, étroites, vénéneuses, d'un vert très sombre, à fausses baies rouges, qui est utilisé comme arbre d'ornement dans les parcs, les jardins, les cimetières. If noir, lugubre; allée, bosquet, massif d'ifs; odeur âcre de l'if; arc en bois d'if. Elle voyait déjà ses ifs taillés en murailles, en boules et en pyramides (A. FRANCE, Putois, 1904, p. 66).
BOT. Ifs (Taxus). Arbres ou arbrisseaux des régions froides et tempérées de l'hémisphère nord, dont l'espèce la plus répandue dans nos régions est l'If commun (Taxus baccata) (genre de la famille des Taxacées, ordre des Taxales, classe des Conifères). If commun ou d'Europe, du Canada, du Japon; if argenté, doré. Les Taxus (Ifs), particulièrement connus par l'espèce T. baccata (If d'Europe), sont de petits arbres à écorce écailleuse qui croissent très lentement et toujours par pieds isolés (P. CORSIN, Flore Universelle ds Encyclop. de la nature, Paris, Bordas, 1971, p. 142) :
1. J'aperçois un défaut dans l'architecture du jardin : il faut une rangée d'ifs d'Irlande derrière le massif où fleuriront bientôt des roses roses.
CHARDONNE, Ciel, 1959, p. 134.
B. — P. anal. (avec la forme de l'if taillé en pyramide).
1. Support de bois ou de métal, monté sur un pied, de forme triangulaire, sur lequel on dispose des lampions pour les illuminations ou, dans les églises, des cierges. Ce que l'on admirait surtout, c'étaient deux longs ifs couverts de lampions qui flanquaient une estrade (FLAUB., Mme Bovary, t. 1, 1857, p. 152). La pièce était éclairée par un buisson de chandelles piquées sur un if de fer forgé (DRUON, Reine étranglée, 1955, p. 68) :
2. ... près du porche, devant la statue de la Vierge, un if de fer dressait ses dents aiguës, sur lesquelles aucun cierge votif ne brûlait encore.
A. FRANCE, Étui nacre, 1892, p. 151.
2. If à bouteilles. Ustensile en forme de cône hérissé de pointes, qui sert à égoutter les bouteilles. (Dict. XIXe et XXe s.).
Prononc. et Orth. : [if]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 (Roland, éd. J. Bédier, 406); 2. 1834 « pièce de charpenterie de forme triangulaire pour les illuminations » (BOISTE). Du gaul. ivos (irl. eo, cymrique yv [le bret. ivin est peut-être empr. au fr., v. DOTTIN, p. 262]), le mot étant commun aux lang. celt. et germ. (a.h.all. îwa, all. Eibe; ags. îw, angl. yew), v. DOTTIN, pp. 131, 262; THURNEYSEN, p. 65. Fréq. abs. littér. : 233. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 284, b) 293; XXe s. : a) 212, b) 463.

if [if] n. m.
ÉTYM. 1080, Chanson de Roland; du gaulois ivos, attesté par l'irlandais, le kymrique (le breton ivin étant peut-être emprunté au français) et par plusieurs langues germaniques.
1 Plante phanérogame gymnosperme (Conifères; Taxinées), scientifiquement appelée Taxus, arbre décoratif, à fruits rouges (arille). || Les ifs d'un jardin à la française, d'un cimetière. || Ifs taillés en boules, en cônes, en pyramides. || Le bois de l'if, très dur, est employé en ébénisterie.
1 Quelques hauts sapins plantés derrière la maison (…) et quelques ifs, taillés pour en décorer les angles (…)
Balzac, les Chouans, Pl., t. VII, p. 886.
2 Les petits ifs du cimetière,Frémissent au vent hiémal (…)
Verlaine, Poèmes saturniens, « Sub urbe ».
3 Les parterres et le parc (de Versailles) sont encore un salon en plein air; la nature n'y a plus rien de naturel (…) Ces charmilles droites sont des murailles et des tentures. Ces ifs tondus figurent des vases et des lyres.
Taine, les Origines de la France contemporaine, II, t. I, p. 139.
tableau Noms d'arbres, arbustes et arbrisseaux.
2 (1835). « Triangle en charpente légère monté sur un pied et rappelant la forme d'un if taillé sur lequel on dispose des lampions pour les illuminations ou des cierges dans les églises » (Réau).
3 (1858). || If à bouteilles : cône garni de pointes utilisé pour égoutter les bouteilles. Égouttoir.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.